La Campagne Internationale Pour Mettre Fin Aux Viols Et À La Violence Fondée Sur Le Genre En Situation De Conflit

Ottawa, Canada – Le 9 mai 2012

La toute première collaboration mondiale entre des récipiendaires d’un prix Nobel de la paix, des organisations de défense internationales et des groupes qui travaillent dans les zones de conflit débute, cette semaine, par la Campagne internationale pour mettre fin aux viols et à la violence fondée sur le genre en situation de conflit.

 

Les membres qui participent à la campagne, dont plus de 400 organisations partout dans le monde incluant Médecins pour les droits de l’homme, Human Rights Watch, Fonds mondial pour les femmes, Sonke Gender Justice Network, Femmes Africa Solidarité, AIDS Free World, Hôpital de Panzi et Women's League of Burma, sont préoccupés par le manque de coordination entre les efforts locaux, nationaux et mondiaux actuels pour mettre fin aux viols et aux autres formes de violence fondée sur le genre.

« J’ai été témoin du pouvoir des femmes qui se sont unies et ont demandé la fin de la violence au Libéria. Lorsque nous nous unirons tous, hommes et femmes de partout dans le monde, et que nous dirons non aux viols et à l’inégalité fondée sur le genre, je crois que nous pourrons amener le monde à entendre ce que nous avons à dire », de dire Leymah Gbowee, la dernière récipiendaire du prix Nobel de la paix pour sa mobilisation des femmes qui a aidé à mettre fin à la guerre civile au Libéria. 

Les personnes qui se sont engagées à soutenir la Campagne incluent Sa Sainteté le Dalaï-Lama, l’archevêque Desmond Tutu, Aung San Suu Kyi, l’écrivaine égyptienne Nawal El Saadawi, l’ex-présidente de l’Irlande Mary Robinson et la militante et écrivaine américaine Gloria Steinem.

La Campagne demande un leadership politique urgent et audacieux afin de prévenir les viols en situation de conflit, afin de protéger les civils et les survivantes de viols et afin de demander la justice pour toutes et pour tous, y compris la poursuite efficace des responsables. 

« Combien de femmes devront être violées avant que le monde dise non? Vous n’avez qu’à regarder ce qui se passe présentement au Mali, au Congo, en Colombie, au Birmanie et dans de nombreux autres pays », de dire la récipiendaire d’un prix Nobel de la paix Jody Williams, qui est également présidente de la Nobel Women's Initiative et coprésidente de la Campagne. Nous lançons la Campagne afin de finalement mettre fin à cette violence insensée et afin de nous rapprocher toutes et tous de la paix. »

Dans les situations de conflit sur tous les continents, le viol est utilisé comme arme contre les membres des deux sexes alors que les batailles se déplacent de plus en plus dans les collectivités. Ce type de violence est utilisé par des groupes rebelles et d’insurgés, des gangs armés, ainsi que des troupes gouvernementales, avec divers motifs allant des motifs tactiques à des motifs personnels. Le viol cause un traumatisme psychologique et médical, et les conséquences se poursuivent pendant des décennies.

Bien que les données sur les viols aient tendance à être extrêmement inexactes en raison du stigmate extrême associé aux personnes survivantes et en raison de l’échec des mécanismes de rapport, il est clair que le problème est omniprésent dans de nombreuses zones de conflit. 

Une recherche récente a conclu que dans tout le pays de la République démocratique du Congo, plus de 400 000 femmes ont été violées entre 2006 et 2007. Le nombre élevé démontre à quel point la violence fondée sur le sexe s’est déplacée au-delà des régions où il y a des opérations militaires et que la violence est un facteur dans la vie de tous les jours, avec 48 femmes violées chaque heure. À l’autre bout du monde, en Colombie, le plus récent sondage effectué sur la violence fondée sur le sexe a conclu que dans les 407 municipalités où il y a des soulèvements actifs, près de 500 000 femmes ont rapporté avoir été violées entre 2001 et 2009, soit six femmes par heure. 

La Campagne est lancée avec quatre pays cibles où une attention immédiate est nécessaire : la République démocratique du Congo, le Kenya, la Birmanie et la Colombie. Des événements sont organisés dans quelques pays partout dans le monde où il y a des conflits, y compris en République démocratique du Congo.

Une composante virtuelle de la Campagne unit des supporters en ligne à www.stoprapeinconflict.org. On encourage tout le monde à s’engager à soutenir la Campagne. Pendant la Semaine d’action, on encourage également tout le monde à prendre un engagement personnel et à faire part d’une action concrète qui sera prise dans leur propre collectivité pour la Campagne.

- 30 -

www.stoprapeinconflict.org


Personne-ressource auprès des médias :
Rachel Vincent 
Nobel Women's Initiative
rvincent@nobelwomensinitiative.org 
613-569-8400, poste 113
613-276-9030

Do you like this post?
Sign in with Facebook, Twitter or email.
The International Campaign to Stop Rape & Gender Violence in Conflict
1 Nicholas Street, Suite 430, Ottawa, ON K1N 7B7 Canada    Phone: +1.613.569.8400    Fax: +1.613.691.1419

Created with NationBuilder